Publié en 2019: Sarga Moussa, Randa Sabry (dir.), Les imaginaires du canal de Suez. Représentations littéraires et culturelles

Sarga Moussa, Randa Sabry (dir.), Les imaginaires du canal de Suez. Représentations littéraires et culturelles, revue Sociétés et représentations, Editions de la Sorbonne, numéro 48, 2019/2.

Ce numéro de la revue Sociétés et représentations propose un  regard riche et différencié sur un sujet capital. A l’heure où la Chine décide d’investir massivement en Egypte, avec notamment pour objectif de faire du canal de Suez un maillon décisif de ses ‘routes de la soie’, la conclusion de l’ouvrage prend une résonnance toute particulière : « Si une histoire « mondiale » du canal de Suez reste sans doute à écrire », écrivent Sarga Moussa et Randa Sabry, , « nous avons voulu, dans ce dossier, proposer un décloisonnement des sphères de réflexion et une mise en contact de points de vue traduisant des représentations littéraires et culturelles parfois méconnues. Trop souvent, pensons-nous, la tendance a prévalu de s’enfermer, pour ce sujet (comme pour d’autres) dans des travaux polarisés sur leurs propres présupposés cognitifs sans en percevoir toujours les limites, les clichés des sources mentionnées déteignant parfois subrepticement sur l’analyse qui en était faite. »

L’importance de l’ouvrage, qui s’appuie solidement sur les recherches récentes menées sur le Canal de Suez et ses enjeux historiques, est de faire apparaître à quel point  l’histoire du canal de Suez, au-delà de sa dimension brute de réalité géopolitique et sociale, est aussi  inséparable d’une multitude de constructions idéologiques et imaginaires, artistiques, littéraires ou cinématographiques. Il devient alors un objet complexe, construit  et modelé à partir de points de vues multiples, eux-mêmes souvent ambivalents ou contradictoires. C’est cette  « perspective ouverte à la pluralité des mémoires et qui serait à écrire en commun » qui fait tout l’intérêt cet ouvrage, qui sera suivi prochainement d’une anthologie qui va considérablement enrichir le dossier.  Une telle réflexion crique permet de faire apparaître à quel point cet objet historique majeur est loin d’être ou bien le symbole d’une union entre Orient et Occident, ou bien au contraire l’exemple-même d’un processus d’appropriation coloniale. Il devient alors proprement dés-orienté, au sens que le projet des Orients désorientés donne à cette notion.

Lien pour accéder au numéro 48 de la revue Sociétés et représentations 2019/2 :

https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2019-2.htm

 

The 53th issue of the journal “Sociétés et représentations” offers a rich and differentiated perspective on a crucial subject. At a time when China decides to invest massively  in Egypt, targeting to make of the Suez Canal a decisive link on its ‘Silk Roads’, the conclusion of the book takes on a special resonance. “While a ‘world’ history of the Suez Canal undoubtedly remains to be written,” write Sarga Moussa and Randa Sabry, ” we wanted to break down  the barriers between different domains of reflection and to confront viewpoints that reflect lesser-known literary and cultural representations. We think indeed that concerning this subject,  the tendency  was  too often to confine the reflection to works polarized by their own cognitive presuppositions, without perceiving  sufficiently  the limits  or even the clichés inherent to the sources mentioned, which  sometimes subtly influences the analysis.” The importance of this issue, which is firmly grounded in recent research conducted on the Suez Canal and its historical stakes, is to reveal to what extent the history of the Suez Canal, beyond its geopolitical and social reality, is also inseparable from a multitude of ideological and imaginary, artistic, literary, or cinematographic constructions. The representation of the Suez Canal appears lastly as a complex object, as a cultural construction shaped from multiple points of view, often ambivalent and contradictory. This new  critical approach of the subject opens a new “perspective open to the plurality of memories and to an understanding, that has still to  written together”. Finally, this major historical object, far from being either the symbol of a union between East and West or, on the contrary, the very example of colonial appropriation,  becomes properly dis-Oriented, in the sense that the research project “Disoriented Orients” gives to this notion.

This publication will soon be followed by an anthology which will considerably enrich the dossier.

Link to the publication :  https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2019-2.htm


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Pierre Dubost (19 juin 2023). Publié en 2019: Sarga Moussa, Randa Sabry (dir.), Les imaginaires du canal de Suez. Représentations littéraires et culturelles. LES ORIENTS DESORIENTÉS. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/quq9


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search