Les orients désorientés. Repenser la relation Orient/Occident dans un monde global

L’éclatement de la notion d’orientalisme et la nécessité de dépasser le procès qu’Edward Said intentait à l’orientalisme occidental comme moment de l’expansion coloniale (Said, Orientalism, 1978) est l’une des conséquences d’une situation de ‘relation’ (au sens qu’Edouard Glissant donne au terme) impliquant l’ensemble des cultures en contact, quelle que soit la forme de bonne ou mauvais rencontre à l’origine de ces contacts, échanges, interpénétrations. Observer la multiplicité qui en résulte, au-delà de la puissance de dissolution que cet éclatement dégage, est l’une des tâches les plus urgentes d’aujourd’hui. En penser les figures et les enjeux devient un enjeu majeur de l’analyse des différences, des opacités et des barrières culturelles et exige une observation patiente des manifestations multiples de ce que Glissant désigne par le terme de “poétique de la relation”.

Le but de ce projet est d’explorer les « Orients » multiples, les relations Orient/Occident jusqu’à présent trop délaissés dans les études culturelles et orientalistes classiques : Orients vus et construits depuis ailleurs que d’Europe ; imaginaires diagonaux d’Orients développés en dehors d’une relation historique coloniale de domination ; altérités perçues à partir d’autres continents que l’Europe ; devenirs individuels et collectifs échappant à toute opposition essentialiste ; maintien, renforcement ou constitution de pôles culturels forts dans des pays et ensembles culturels que les opinions majoritaires en Occident perçoivent comme orientaux mais qui eux se perçoivent comme autant de lieux de recomposition de la relation Orient/Occident et réfléchissent sur leurs propres modernités, non-occidentales.

Ces regards invitent à appréhender non pas un Orient, image inversée et fantasmée d’un Occident étendant son empire techno-scientifique à la totalité des cultures, mais une notion plurielle d’Orients qui, parce que dés-orientés, sont alors autant de relations à repenser et à analyser. L’objectif du projet de recherche Les Orients désorientés est autant de se pencher sur des modalités de relation (Europe/Chine ; Argentine/Japon ; Japon/monde arabe ; Australie/cultures de l’Inde ; Grèce antique/Inde etc.) oubliées en France, en Europe et ailleurs que de susciter un regard novateur qui prenne en compte les études postcoloniales, mais qui sache échapper à leurs impasses ou leurs généralisations. Dans cette récente mouvance critique sont apparus en peu de temps une série de travaux novateurs qui tentent d’explorer et d’élargir ces regards diagonaux. Certains de ces travaux trouvent une inspiration certaine dans le chemin ouvert par Edward Said avec son célèbre ouvrage Orientalism. Mais ces recherches dressent en même temps le constat des limites importantes de l’œuvre de Said : un Orient unilatéral, celui construit par les Anglais et les Français sur le seul monde arabo-musulman. Said n’y tient pas compte d’une idée plus large de ce même Orient et ignore les importantes nuances de regards culturels développés depuis d’autres nations européennes, américaines, etc.

Mais Said a su aussi corriger et réviser cette perspective et l’humanisme nouveau qu’il appelle de ses vœux à la fin de sa vie rencontre la perspective de ce programme de recherche. L’Occident sait encore peu de chose jusqu’à présent — en dehors de stéréotypes figés, espèces de « retours d’image » — des regards que portent sur lui et sur sa perception d’un monde mondialement occidentalisé les cultures de l’Orient. Ces nouveaux regards en diagonale fondent l’espoir d’un possible renouveau du dialogue culturel entre les Orients et les Occidents. La réflexion sur la réalité transculturelle d’une pensée ouverte à cet humanisme à construire ne nous renvoie pas au point de départ d’une Weltliteratur pensée comme l’horizon d’un monde réveillé par le projet en avant de l’Occident, mais à l’état actuel d’un monde à la fois rhizomatique et métissé qui, sans Orients, ne serait que le réseau mondial de la Mégapole et sans métissage « orienté » que la face vide et inhumaine d’un violent « nomadisme en flèche » (Glissant) par essence assimilateur.

Le projet repose sur la collaboration de chercheurs provenant de plusieurs centres de recherche présents au sein de la MSH de Clermont-Ferrand (CELIS – littérature comparée et socio-poétique – ; IHRIM (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités, UMR CNRS 5317) ; EHIC (groupe ‘Citoyennetés, empires, identités, politiques’ pour la partie clermontoise du centre, approche géocritique pour la partie limougeaude) et PHIER (philosophie et rationalité) ainsi que de chercheurs extérieurs provenant de divers horizons culturels et travaillant en France, en Europe ou sur d’autres continents à partir d’approches différentes et dans des domaines disciplinaires très divers. Le travail engagé au sein d’un réseau de chercheurs mis en place en 2011 a déjà permis d’activer ces questions en créant les conditions d’un dialogue de méthodes et de perspectives pour lequel le carnet de recherche envisagé sera à la fois un support, une vitrine et un dispositif structurant.

Ce projet est issu au CELIS du programme de recherche « Altérités, rencontre, métissages » (cf. celis.univ-bpclermont.fr/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=826) mis en place en 2009 sous la direction de J.P. Dubost puis co-dirigé ensuite avec Axel Gasquet, désormais membre de l’IHRIM, qui a apporté son expertise dans ses recherches sur les orientalismes hispano-américains. La contribution du PHIER (dont Jean-Pierre Dubost fait désormais partie) se situait jusqu’à maintenant dans l’horizon d’un comparatisme Orient-Occident (programme ‘L’Orient au PHIER’) où il s’agit d’abord d’une confrontation entre la tradition grecque de la philosophie, en sa prétention à l’universel, et la pensée orientale et extrême-orientale, principalement taoïste et bouddhique (Inde, Chine, Japon). Il ne s’agit pas seulement d’étudier la représentation, occidentale par essence, d’un Orient plus ou moins réel, et d’entretenir ainsi la fantastique orientaliste de l’Occident, mais du partage effectif de la pensée selon les langues en leur histoire, et du passage de la pensée à chaque fois d’une langue dans une autre, donc aussi des langues elles-mêmes, européennes et asiatiques, de leurs migrations et de leur traduction (historiquement de l’Inde à la Chine, de la Chine au Japon, de l’Europe au Japon et retour).

Le programme Les Orients désorientés est désormais partie intégrante de ce programme « L’Orient au PHIER ». La « désorientation » dont il est ici question n’est pas seulement l’effondrement d’une représentation européenne de l’Est, elle est peut-être tout autant l’effondrement de l’Orient à ses propres yeux devant le devenir mondial de l’Occidental. Y a-t-il encore un Orient, ou bien l’Occident s’est-il étendu à la terre entière, au monde lui-même ? C’est à cette question que le programme travaille à apporter des réponses. Le groupe ‘Citoyennetés, empires, identités, politiques’ de l’EHIC (cf. ehic.univ-bpclermont.fr) à cheval sur Limoges et Clermont-Ferrand apporte son expertise dans le traitement des questions de civilisation et dans une perspective de géocritique apportée par les recherches initiées par Bertrand Westphal (EHIC, Limoges).

De nombreux collaborateurs dans plusieurs universités françaises et étrangères (voir PARTENAIRES) ont apporté et apporteront ponctuellement ou en continu leur expertise et leur propre approche méthodologique.

Ce réseau transdisciplinaire rassemblant philosophie et littérature comparées, anthropologies de la relation, études ‘trans-aréales’, littérature des voyages etc. est appelé à s’élargir de plus en plus vite. La diversité des approches, des disciplines et des perspectives de recherche serait rédhibitoire si la certitude partagée de la pertinence du questionnement et de son urgence ne constituait une solide base de consensus (cf. pour le cadrage de ce questionnement J.P. Dubost, « Orient désorienté », ds. Archivio anthropologico mediterraneo, Anno XVII (2014), n° 12 (2), p. 15).

Il s’agit donc moins de travailler sur la base d’une approche théorique ou méthodologique prédéfinie que de faire apparaître des champs de réflexion et de problématisation au cœur des questions soulevées plus haut par confrontation de perspectives et d’approches. L’idée régulatrice de cette pratique de travail est un principe dialogique à partir duquel les points de dissensus ou de consensus, les moments de translation ou des moments de différend peuvent être dégagés.


Auteur : Jean-Pierre Dubost

Professeur émérite de littérature générale et comparée à l'université Blaise Pascal (Université de Clermont Auvergne) Jean-Pierre Dubost, membre du centre de recherches PHIER (Philosophies et rationalités) a enseigné de 1972 à 2001 à l'université de Stuttgart comme romaniste et comparatiste puis à partir de 2011 à l'université Blaise Pascal comme comparatiste. Ses publications ont pour objet la littérature libertine de l'âge classique, les rapports entre littérature et philosophie, les théories de la fiction et de la représentation, l'analyse de la topique romanesque, les écritures poétiques, les thématiques de la rencontre, de hospitalité et du témoignage, les littératures francophones, la littérature comparée dans une perspective de mondialité.